Agenda culturel diffusant toute l’actualité des spectacles, du cinéma, théâtre, des concerts, expositions, festivals, région par région, mois par mois, à Rabat

Accueil > Tous les artistes > Arts plastiques > Artistes plasticiens > ZZd Abdel Karim ZZd El Azhar
ZZd Abdel Karim ZZd El Azhar
Ville : El Jadida

ZZd Abdel Karim ZZd El Azhar

Fiche plus complète que celle qui est en ligne mais source inconnue

  Abdel Karim ELAZHAR

Né en 1954 à Azemmour, vit et travail à Azemmour.

1976-1979 : Ecole des Baux Arts, Tétouan (Maroc).

1979 – 1981׃ Académique des beaux arts, Bruxelles (Belgique).

1981-1982׃ Académie des Beaux arts, Liège (Belgique).

Professeur d’éducation artistique au C.F.I. à El Jadida.

 

EXPSITIONS PERSONNELLES
1975 : Lycée Ibn Khaldoune El Jadida.

1988 : Espace (Edino), Rabat.

1989,1993 : Galerie la découverte.

1991,1992,1994,1995,1997,1998,1999: Chrfi Art Gallery, Casablanca.

1995 : Cologne Allemagne.

1996 : Galerie Bab Lakbir, Rabat et Complexe culturel, Mohamadia.

2000 : Cité Portugaise et Galerie 104, El Jadida.

2002 : Carrefour des Arts, Casablanca et Galerie/Atelier de gravure HAKIM, AZILA, et Espace d’Arts (Au 9) Casablanca.

2006׃Galerie Akwas Azemmour.

2007 ׃Galerie Mohamed El Fassi, Rabat.

 

EXPOSITIONS COLLECTIVES
Maroc :Azemmour,ELJadida,Casablanca,Rabat,Zmamra,Mohamedia, Tétouan,Marrakech,Ouarzazate,Sefrou,Oued Zam, Settat, Tanger, Fès

Belgique : Brexelles, Liège, Verviers.

France : Limoges, Chamalières, Laon,Joigny.

Turquie : Istamboul.

Egypte : Caire.

 

COLLECTIONS PUBLIQUEES
1982, C.G.E.R.Banque de Liège-Belgique.

1988,1995 la Fondation de la Banque Commerciale du Maroc.

1992, la Fondation Wafa Banque.

1993 : Ministère des affaires culturelles-Maroc.

1995 : la fondation Omnium Nord Africain (O.N.A.) Maroc.

Générateur de l’oeuvre, l’oeil engendre la peinture, la berce, la nourrit, et finit par fondre en elle… Mimétisme réciproque, où l’instinct réducteur d’Elazhar dévoile l’ascèse de sa démarche… Une austérité doublement infligée, au support comme au sujet… Résurrection de déchet, arrachés à la terrible fatalité de l’abandon quotidien… clin d’oeil « écologique » où le regard de l’artiste, par ses médium, se recycle…

Said Housbane

Les visages d’Elazhar ne cesse de coucher sur la toile, sur du papier d’emballage ou sur de vieux cahiers d’écoliers ont beau avoir des yeux immenses, ils ne semblent pas menaçants, tracés comme ils le sont de couleurs joyeuses, des oranges, des bleus, des rouges ou des ocres. Mais, au détour d’un regard inquisiteur que nous lance un visage tracé de noir, une appréhension nous saisit. Tout n’est donc pas toujours gai et serein. Poursuivant inlassablement ses recherches sur le visage et le regard, l’œuvre d’Elazhar s’attelle, avec un minimalisme extrême des formes et des couleurs, à transcrire toutes les expressions, tous les bouleversements de physionomie nés des humeurs. Des passions humaines. Une grammaire du visages en quelque sorte, un visage qui exprime tour à tour, mais avec la même force, le silence, l’illumination ou l’ombre de la mort.