Agenda culturel diffusant toute l’actualité des spectacles, du cinéma, théâtre, des concerts, expositions, festivals, région par région, mois par mois, à Rabat

Hassan El Glaoui

Hassan El Glaoui

Né à Marrakech en 1924, Hassan El Glaoui est formé par de nombreux séjours à l’étranger. Il a travaillé dans différents ateliers à Paris entre 1950 et 1960: atelier Souverbie pour le dessin et atelier Emily Charmy pour la peinture.

 

Sa première exposition personnelle a lieu en 1950 à Paris, suivie par celle de New York en 1952. En 1957, il participe à la 2ème Biennale d’Alexandrie et en 1963 à «Deux mille ans d’art au Maroc», une exposition collective à la galerie Charpentier à Paris.

 

Il vit et travaille à Rabat.

 

OEuvre

 

Les chevaux, les cavaliers, les fantasias de Hassan El Glaoui sont célèbres dans le monde entier. Des hommes de la tribu chevauchent un espace aux teintes sereines. L’artiste peint avec finesse les selles couvertes de velours, les burnous dans un mouvement d’envol, les fusils damasquinés. Il décrit et raconte des scènes qu’il a vues et vécues ; il fait donc référence à la mémoire, à l’histoire, au patrimoine artistique.

 

El Glaoui n’a pas seulement sublimé la thématique du cheval et de son cavalier mais il s’est consacré également au portrait et à la nature morte. Alain Flamand affirme en parlant de ces oeuvres intimistes inconnues du public que [Hassan El Glaoui] sait peindre, mais encore chez lui le métier n’étouffe jamais la poésie. Il ajoute que cet artiste [a compris] que l’objet d’un tableau n’est pas d’être fidèle à la réalité, mais à la peinture. Si l’oeuvre d’El Glaoui est qualifiée de figurative c’est une erreur selon Flamand pour qui ce peintre rend plutôt «un climat, une atmosphère : le mouvement, la chaleur, la poussière ; la lumière, les couleurs, ou bien encore dans un geste plus intime, toute l’émotion d’un visage aimé, visage de femme, visage d’enfant.» Page 176.

 

«C’est une erreur de dire que je suis le peintre des chevaux; il ne faut pas cataloguer un peintre sur une seule chose… Je suis un peintre, mais le cheval a joué un rôle important dans ma jeunesse. ...et j’ai continué à faire des peintures représentant le cheval, la fantasia, puisque je vivais à Marrakech dans cette ambiance, et mon père avait des chevaux. Vous savez qu’avant de faire les chevaux, j’étais à Paris; j’ai travaillé avec des maîtres européens, français, et j’ai étudié la peinture d’une façon assez sérieuse.»
(Hassan El Glaoui, entretien avec Dounia Benqassem)

 

Bibliographie

 

• Catalogue Hassan El Glaoui/L’homme et l’artiste Edition Matisse Art Gallery 2005
• Mohamed Sijelmassi L’art contemporain au Maroc, ACR Editions 1989
• Alain Flamand Regard sur la peinture au Maroc, Edition et diffusion Al Madariss 1983
• Bernard Saint Aignan Renaissance de l’art musulman au Maroc Editions PEFA Casablanca 1954

 

Photo : H. El Glaoui, Sans titre, non daté, Acrylique sur toile, 35x45 cm. Collection FABAMA. © Hafid Jender.

 

Cette biographie a été gracieusement mise à disposition par Dounia Benqassem, auteur du Dictionnaire des Artistes Contemporains du Maroc aux Editions Africarts.
Le dictionnaire est disponible en librairie, il est également possible de le commander en appelant le: 06 61 37 42 46.