Agenda culturel diffusant toute l’actualité des spectacles, du cinéma, théâtre, des concerts, expositions, festivals, région par région, mois par mois, à Rabat

Rokba Zagora

Rokba Zagora



La dance Rokba est une ancienne dance folklorique de wahat Zagoura au sud du maroc. Elle est interpretée sous la direction de Mohamed Bel Hassen Kartaoui.

 

Rokba, dans la terminologie locale désigne un genre lyrique chanté lors des mariages et des fêtes locales. Son interprétation est fondée sur la danse. La rokba est une danse collective consti­tuée de mouvements et de poèmes lyriques. Elle est interprétée par des hommes et des femmes ou parfois des hommes seuls. Lors de l’exécution. ceux-ci s’alignent en deux rangées parallèles. Le maestro se place au milieu de l’une des deux rangées pour diriger les mouvements et les déplacements. en employant des signes ou en proférant des mots afin de si­gnaler aux autres interprètes les change­ments de position et de ruhme à effectuer.  On peut distinguer deux sortes d’interpré­tation de cette danse. Pour les tribus Oulad Yahia et Oulad Issa. la danse commence par la récitation d’un ensemble de vers, toujours supérieur à quatre, dit kalma, par deux ou trois hommes. Au cas où les femmes sont présentes, deux ou trois d’en­tres elles répondent. Si elles ne sont pas présentes, les autres interprètes répètent chaque vers deux fois (sorte de refrain).Après un moment, le dernier vers de la kalma, appelé radma, est récité sur un rythme musical faisant appel aux mains, aux pieds et aux tambours. Pour les tribus Rouha, la danse est inter­prétée de la même manière, sauf que les femmes n’y prennent pas part. La femme se contente de surplomber les participants àla danse et de pousser des youyous.  La danse est souvent interprétée dans une cour vaste et ouverte, appelée rahha, située à l’entrée du qsar.  

 

Mohamed Bel Hassen Kartaoui: Mohamed kertaoui, l’une des belles icones des arts populaires marocains. Ses sifflements assonants, concordants et allitératifs ne laissent personne indifférent. Son beau sourire constant dégage cette bonté presque naturelle des gens du Drâa. Sa gestuelle et sa danse dénotent d’une civilisation séculaire. Son costume blanc et sa très belle couleur black font bon ménage et dégagent une âme d’une magnanimité rare. L’homme passe pour l’une des belles icones des arts populaires du pays. Mohamed Kertaoui, puisque c’est de lui qu’il s’agit, est source intarissable de joie, de bonheur et d’allégresse. Tel un palmier dattier, l’homme et l’artiste ne cessent de gagner en grandeur, mais aussi en bonté.

 

Source: http://www.quid.ma / http://www.dailymotion.com / http://www.affection.org

 

 


Découvrez la galerie média de l'artiste

Vidéo