Agenda culturel diffusant toute l’actualité des spectacles, du cinéma, théâtre, des concerts, expositions, festivals, région par région, mois par mois, à Rabat

Accueil > Tous les événements > Expositions > Arts plastiques > Tibari Kantour: Nommer, n'est pas figer?

Tibari Kantour: Nommer, n'est pas figer?

Arts plastiques


Exposition de Tibari Kantour: Nommer, n'est ce pas figer?

 

Vernissage le Mardi 26 Mars 2012 à partir de 19h00

 

Tibari Kantour est incontestablement l’une des figures emblématique de la scène artistique contemporaine marocaine. Né à Casablanca en 1954, l’artiste est formé à l’Ecole des Beaux-Arts de Casablanca, puis poursuit son cursus en Belgique. Il compte à son actif plusieurs expositions depuis 1972, à la fois au Maroc et à l’étranger. Aujourd’hui, Tibari vit et travaille à Sidi Maâchou, où il projette de créer une résidence internationale d’artistes.


« Le papier est d’habitude considéré comme étant le support de la peinture. Quand je le fabrique moi-même, le papier peut être considéré non seulement comme support, mais comme œuvre elle-même. À l’intérieur du papier, toutes les techniques sont intégrées comme dans les bas-reliefs », explique le peintre.

 

C’est ainsi que les reliefs, les rugosités, l’aspect brut de la surface du papier sont exploités par Tibari dans ses toiles.

 

Ce qui en fait, comme le souligne à juste titre l’écrivain Edmond Amrane El Maleh, « le maître incontesté du papier ».

 

Le travail du papier est une quête, « un long cheminement vers soi », comme en témoigne l’écrivain Raja Benchemsi à propos de l’œuvre de Tibari.

 

Dans le texte intitulé Le chant de la terre (du catalogue de l’exposition), Raja Benchemsi rend hommage à l’artiste, qui à la suite de son handicap, s’est construit un univers propre retransmis dans sa peinture.
« …Lorsqu’à l’âge de 14 ans Tibari Kantour est frappé de surdité, plutôt que d’habiter et de subir la perte en lui, il entame une longue expérience intérieure.

 

Voir le monde c’est l’entendre à travers un long cheminement vers soi. Il erre alors, non pas à la recherche d’une chose précise à re-trouver mais pour aller à l’écoute de l’origine des choses et les entendre par leur voix propres … »
« …Surface du monde ? Le Papier.

 

Tibari Kantour invente son propre support ; il crée et fabrique son papier qui devient le lieu singulier d’une mémoire tissée par les fils invisibles d’une expérience particulière. Il s’invente une nouvelle trame du monde, mais aussi des affects. Il crée et imagine des nouveaux codes de perception émanant d’une intériorité éprouvée et donc éveillée.

 

D’autres chemins, d’autres sillons viendront arracher leur existence à la putréfaction des palmes, bananes et autres humus. Lavés à grandes eaux et séchés, ces nourritures terrestres dialogueront avec l’homme, avec l’être. Devenues papier, elles se font réceptacle de la mémoire des hommes mais aussi de leur oubli.

 

Le papier ! Peut-être une des plus belles ruses de Dieu ; Lorsque à la cime des civilisations notre sophistication nous laisse entendre que nous sommes enfin libérer de la nature, c’est encore la terre, l’eau et les forêts qui accueillent nos illusions et, généreusement, permettent l’écriture de nos vies.

 

Le Papier ! Quelle plus belle allégeance la nature pouvait-elle faire à l’homme ?

 

C’est au creux de ce mystère que bruisse l’art de Tibari Kantour. C’est cela que nous conte et nous raconte sa poétique… » 




Affiner votre recherche

Tous les événements
 

Les incontournables

Lieu de culture

Théâtre, salle de cinéma, galerie d'art, musée etc..

Tous les lieux